LUCIE BAYENS

Fléau

lucie bayens lucie bayens
Fléau
2014, pin, 2x331 glands de chêne rouge d’Amérique, 2x1 m
Fléau
2014, pin, 2x331 glands de chêne rouge d’Amérique, 2x1 m



"Les œuvres singulières de Lucie Bayens, chercheuse téméraire aux influences transhistoriques nous renvoient autant à l’arte povera, et notamment Penone, Wim Delvoye, qu’à l’utilisation de techniques ornementales issues des arts premiers. Le lien à histoire de l’art est présent mais au même titre que la science ou l’anthropologie ou la littérature. Lévi-Strauss a défini le problème de l’humanisme dans le fait qu’à force de séparer l’homme de la nature sauvage – maîtrise du feu, puis du végétal par l’agriculture, l’animal avec l’élevage –, on finit par exclure et séparer… Tous les gestes de Lucie Bayens tendent à lier, assembler, à provoquer l’altérité, à réconcilier l’homme comme faisant partie d’un tout."
Valérie Champigny, extrait de Au bout du continent, des rives avec Lucie Bayens, article sur rue89 le 07 mai 2014.

 

 

 

 

 

 

Fléau
Glaner 331 glands de chêne rouge d’Amérique, par an, en 2012 et 2013 dans un parc, au pied du même arbre. La taille varie. Les assembler en réalisant deux maillages, en s’inspirant des housses de siège de voiture en perle de bois; Leurs faire prendre la forme de graphiques, pyramides des âges inversées ou de bouliers pour questionner le modèle économique, le travail et la gratuité en faisant pendre les glands. Des poumons ou des ailes, trop lourds, transpersés, ils ne seront plus fertils. Ces maillages sont fixés sur un T en bois de pin issu de l’industrie et teinté au noir animal dilué.

 

Contact : luciebayens@gmail.com