LUCIE BAYENS

Accueil >> Biographie

 

 

Lucie Bayens vit  et travaille à Bordeaux.


Bio : Chocs esthétiques et évènements fondateurs


1979  Apocalypse now  Francis Ford Coppola  //  Interdiction de la chasse à l'ortolan  // Alien, le huitième passager Ridley Scott
1980 Mon oncle d’Amérique Alain Resnais  //  Mort de Roland Barthe et Peter Sellers  
1981
1982 Mort de Jacques Tati  //
1983 Mort de Luis  Buñuel  //   Monty Python's The Meaning of Life  // 
1984 Mort de François Truffaut  //
1985 La Garonne gelée (Bordeaux)  //   Affaire Rainbow Warrior  //
1986 Mort de Joseph Beuys  //   Accident nucléaire de Tchernobyl  //   Soylent green  Richard Fleischer  //
1987 Entrée au Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud  //   The Belly of an architect Peter Greenaway  //
1988 Mort de Pierre Desproges  // 
1989 L'île aux fleurs Jorge Furtado  //
1990 Sortie du Conservatoire de Bordeaux Jacques Thibaud  //  Le contrat naturel Michel Serres  //   La sculpture du vivant Jean Claude Ameisen   //  La pluie d’été Marguerite Duras  //
1991 Twin peaks David Lynch  //
1992 Mort de mon premier chien  //   La controverse de Valladolid Jean-Claude Carrière  // Mort de Francis Bacon // Glaneurs de rêve Patti Smith // Femmes qui courrent avec les loups Clarissa Pinkola Estés
1993 LANDART  Gilles A. Tiberghien  //
1994 Mort de Kurt Cobain et Guy Debord  //
1995 Dead man Jim Jarmush  //   Mort de Gilles Deleuze  //
1996 Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) Arnaud Desplechin  //
1997 Mort de Roland Topor  //
1998 Entrée à l’EBABX  //
1999 Tempête Martin  //
2000 Dessins Rosemarie Trockel Centre Pompidou Paris // Sous le sable François Ozon  //
2001 Voyage en Afrique de l’ouest  //
2002 Exposition de Richard Fauguet au musée de l'Abbaye Sainte-Croix aux Sables d'Olonne  //  La Part de l'autre Françoise Cohen Carré d'art-musée d'Art contemporain Nîmes  //   Marcher créer. Déplacements, flâneries, dérives dans l’art de la fin du XXe siècle, Thierry Davila   //   Mort de Pierre Bourdieu  //
2003 Les Succulentes Michel Blazy galerie Art concept Paris  //   Mort de Mario Merz  //  Parution de Scatologue Wim Delvoye //   Le jour avant le lendemain Jørn Riel  //
2004 Hors d'œuvre: Ordre et désordres de la nourriture Maurice Fréchuret et Eric Feloneau CAPC  //   Sortie de l'EBABX  // Mort de l'ourse Cannelle //
2005 Martin Parr Œuvres 1971-2001 Maison Européenne de la photographie Paris  //   La possibilité d'une île Michel Houellebecq  //
2006 Le Nouveau monde Terrence Malick  //  KING KONG THÉORIE DESPENTES  //
2007 Le Bestial Serviteur du pasteur Huuskonen Arto Paasilinna  //
2008 L'allée des Baleines Jean Malaurie
2009 Tempête Klaus // Mort de Claude Levi-Strauss  //  Pierres rejetées… Jimmie Durham MAM Paris  //
2010 Left behind Jim Shaw CAPC Bordeaux  //   La carte et le territoire Michel Houellebecq  //
2011 Accident nucléaire de Fukushima  //   My Winnipeg Paula Aisemberg, Hervé di Rosa et Anthony Kiendl La Maison Rouge Paris 
2012 Mort de Mike Kelley  //  Wildermann ou la figure du sauvage Charles Fréger  //
2013 Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines) Arnaud Desplechin  //  Giuseppe Penone au château de Versailles  //
2014 Jimmie Durham : traces and shiny evidence Parasol unit London  //
2015 L'étreinte du serpent Ciro Guerra  //
2016 Temps zéro

 

 



            Née en 1979 à Bordeaux dans une famille de pêcheurs. Pendant l’enfance, je passe le temps en contemplant la Nature des bords de Garonne, de la côte atlantique et des landes girondines. En ville, je tourne autour d’un piano que je finis par laisser tomber au profit d’un appareil photo. A 14 ans, j’opère mon premier acte d’émancipation et plaçant ma longue tresse blonde fraîchement coupée dans l’assiette vide de mon père. Puis, l’EBABX. Puis, errance et sérendipité. J’obtiens le permis côtier mais je ne passe pas le permis B.  Depuis 2010, je réalise et expose des objets d’art à la jonction de nature et culture. Curiosité,  rencontrer, tentative de transversalité. Mon travail est marqué par l’évocation du besogneux.  Je me sers du territoire comme d’une caisse de résonance. Je glane les infamies sur les rivages, dans la nature plus ou moins apprivoisée puis, j’agence des volumes en oxymore où les mots touchent la chair. Je fais vibrer les signes et tisse des liens à l’aide de techniques vernaculaires. Je transgresse la tradition du geste, ce qui donne une certaine ambivalence formelle à mon travail. Ces objets sont des acculturations qui tendent des ponts entre sauvage et civilisé pour mieux construire, tout contre le barbare.
            Selon Schopenhauer,           l’art est la communication universelle d’un          secret. C’est aussi, modifier le sujet et l’objet pour percer au jour le vouloir vivre. J’invite le spectateur à glaner, dans son quotidien, certains abjects   d’origine animale, végétale, plastique et à m’en faire don, afin de participer activement à cette néguentropie. Il est question d’écologie et d’évoquer la juste place de l’Homme. Pour ce faire, je nourris mon travail de sciences, en particulier de sciences humaines. En m’appuyant sur les couleurs du spectre continu de la lumière et sur l’espace, je propose un paradigme à  forte dimension ludique.    
            Les allers-retours entre les différentes techniques et matières utilisées, ainsi que les glissements sémantiques m’offrent un espace de devenir. J’ai toujours vécu au bord de l’eau. Depuis l’enfance, j’y observe la nature et les hommes, dans leur alternance de calme et de violence. L’eau et sa trajectoire occupent une place centrale dans ma pratique car «L’histoire d’un ruisseau, même de celui qui naît et se perd dans la mousse, est l’histoire de l’infini » Elisée Reclus.
 

 

 

 

 

 

 

télécharger mon CV

Contact : luciebayens@gmail.com