LUCIE BAYENS

Accueil

Actualité :

 

"Visions urbaines" exposition collective à Sortie 13 jusqu'au 02 décembre 2016.

Entrée libre du mercredi au vendredi de 14h30 à 18h00.

Sortie 13, rue Walter Scott, 33600 Pessac Alouette.

Exposition collective du 23 au 31 juillet de 15h à 19h. Parcours de ferme en ferme.
lucie bayens

"TOUT DOIT DISPARAÎTRE" Exposition à la bibliothèque municipale Flora Tristan, 1 place d'Armagnac,

Bordeaux Belcier.

Du 05 juillet au 27 août 2016. Vernissage le 06 juillet à 18h30. Entrée libre et gratuite.

lucie bayens

Du 04 au 19 septembre C'est quoi dégueulasse, exposition personnelle à l'atelier de Chantal Russell Le Roux, 16 rue du portail, Bordeaux.


Horaires: De 14h à 18h. Du lundi au samedi et sur rdv.

Vernissage le 04 septembre à 19h.

Tea time: lundi 07 septembre à 17h. Présentation-rencontre de l'artiste avec du thé et des madeleines, accès gratuit sur réservation.

Nocturne jeudi 17 septembre jusqu'à 20h.

Artiste plasticienne, je me sers du territoire comme caisse de résonance. Je glane les infamies sur les rivages puis, agence des objets d’art en oxymore où les mots touchent la chair.Je fais vibrer les signes et tisse des liens à l’aide de techniques vernaculaires. Je transgresse la tradition du geste ce qui donne une certaine ambivalence à mon travail. Ces objets sont des acculturations qui tendent des ponts entre sauvage et civilisé pour mieux construire, tout contre le barbare.

Lucie Bayens vit et travaille à Bordeaux.

 

Du 23 mai au 21 juin FLUX

Du 18 juillet au 23 août INFLUX

Exposition collective en deux temps à Arcachon.

art contemporain arcachon

Du 20 juin au 05 juillet Optogramme, exposition avec Pascal Daudon et Véronique Lamare à la Laiterie à Bordeaux.

art contemporain bordeaux

Du 04 au 14 juillet Sans titre 1, exposition collective au Didam, 6 quai de Lesseps à Bayonne.

Samedi 4 juillet, 11h30 Vernissage

Samedi 4 juillet, 17h-19h Rencontre avec les artistes

Lundi 6 juillet, 18h-19h Visite guidée de l’exposition

Mercredi 8 juillet, 13h-15h Rencontre avec les artistes

Samedi 11 juillet, 15h-16h Visite guidée de l’exposition

Lundi 13 juillet, Nocturne jusqu’à 22h

 

La marge au centre, exposition personnelle. Le 22 juillet 2015 de 18 à 21h,  ZAAD, 16 rue Beyssac

Bordeaux.



ragondin lucie bayens

Ragondin Pétales de pomme de pin, tissu, mousse, 2014.

Je vis et travaille en Gironde, où j’ai grandi. Un pied en ville, au bord de la Garonne et l’autre dans la forêt du littoral, face à la mer, sous les pins maritimes. Devant : l’océan, au-delà : l’Amérique.
Cernée d’eau, sur les deux territoires, j’ai appris en observant la nature. Les lamproies pendaient et l’alose grillait. Marcher, glaner, créer. Lundi ou la vie sauvage fait écho à Robinson Crusoé ; 35 ans de « captivité » parfois heureuse et teinté de mal confort d’un naufragé qui apprend en tâtonnant toutes sortes de techniques pour améliorer sa condition. Scruter l’horizon, faire avec les moyens du bord, chercher une symbiose. Lundi, premier jour de la semaine donne un rythme de travail et à la dérive.  Robinson trouve son compagnon le dernier jour de la semaine, avant le weekend. Entre la fin et le début, la frontière est ténue ou comment apparaît la vie. « Les derniers seront les premiers » dit l’apôtre Matthieu.
Les océans et les fleuves sont des failles remplies d’eau. La vie n’est-elle pas une faille remplie majoritairement d’eau ? Faut-il vivre en naufragé solitaire ou naviguer à terre, porté par les cultures et l’autre ? Les deux, mon capitaine. Créer des îlots de pensées sous des néons de fortune, c’est cela Lundi ou la vie sauvage. Marcher sur la plage, chercher des trésors dans les abjects d’une civilisation. Marcher sur les quais de Bordeaux à marée basse, regarder le curieux qui regarde le ragondin qui regarde le pigeon qui s’envole. Marcher dans les parcs, ramasser des glands et des pommes de pin. Dialoguer avec la matière organique, procéder à une combinaison. Aller à la rencontre du boucher, chercher un langage commun, prendre du retard. Marcher vers La Laiterie, rencontrer Pascal Daudon, boire du bon café et lui emprunter des livres. A La Laiterie, on entend le coucou se battre avec la couleur. Faire émerger le bout d’un continent de sel. Percher les glands, faire virevolter L’Echelle Sociale pour, finalement la jeter à la Garonne. Tendre la Trouée. Fabriquer une Borie de chien en os car les produits laitiers sont nos amis pour la vie. La queue du Ragondin  pend, tandis qu’il rêve d’ailleurs en regardant passer les ailes de l’A380 sous le Pont de Pierre. Que ce soit le fading de la cellule vivante, la danse de l’abeille ou celle du Gulf Stream, je brode le pulsionnel d’une main imputrescible. Lundi marche avec moi.

On en parle dans la presse

Retrouvez moi sur http://instagram.com/luciebaba/ street photography, pérégrinations & vie de l'atelier (étapes de création).

 

 

 

Contact : luciebayens@gmail.com