LUCIE BAYENS

Accueil >> presse

Presse

Journal Sud Ouest vendredi 3 mars 2017

 

lucie bayens au didam bayonne
 7 juillet 2015  portail culturel Eklektika
Rue 89, 7 mai 2014. Un article de Valérie Champigny.
  • 7 mai 2014
  • par Valérie Champigny

Au bout du continent, des rives avec Lucie Bayens


« Lundi ou la vie sauvage » (DR)
Lucie Bayens expose « Lundi ou la vie sauvage » du 9 au 28 mai à La Laiterie à Bordeaux : une œuvre sur des préoccupations sociétales, écologiques et scientifiques.
Au commencement de l’exposition, il y a la rencontre avec l’animal comme pour nous proposer d’adopter un autre point de vue sur l’humain que celui de l’homme. Lucie Bayens en tentant d’associer le sauvage au domestique construit une matière poétique sous la forme d’une mythologie vernaculaire où l’homo faber, l’homme qui fabrique, et l’homo ludens, l’homme qui joue, retrouvent pleinement leurs droits.


Au bout du continent, pas à pas sur la rive
L’action se situe « au bout du continent » : Lucie Bayens vit et travaille à Bordeaux, ville de transit par son histoire. Elle construit sa pensée au cours de ses marches entre les rives de la Garonne en crue, le bord de l’océan, dans les forêts landaises… « Et d’ailleurs la signification propre d’une œuvre n’est-elle pas celle qu’elle est susceptible de prendre par rapport à ce qui l’entoure ? » (André Breton, « Les Pas perdus »).
Le propos n’est donc pas seulement construit sur une matière poétique mais il s’appuie sur des préoccupations sociétales, écologiques et scientifiques. Aucune des pièces réalisées ne vient comme la réponse à un questionnement. Chacune d’elles conduit le regardeur à explorer une problématique complexe.


L’ici et le maintenant
La pratique de Lucie Bayens est protéiforme, tentaculaire avec pour fil rouge un univers rempli de formes mutantes, de territoires, de fleuves. On trouve des dessins brodés avec des cheveux, des bois pyrogravés, des peaux animales cousues… Le travail s’étend par lui-même et mélange les approches, multiplie les regards. Les pratiques réunies amplifient la force de l’imaginaire.
L’enjeu est d’une étonnante continuité dans le détournement total des techniques savantes, des usages ancestraux au profit d’une réflexion sur l’ici et le maintenant tout en poursuivant une exploration où le réel et la fiction échangent des données et nous projette finalement face à ce que l’on témoigne de notre époque. Et la cohérence vient de là.


Ralentir le temps…

Les œuvres ont une apparente légèreté, simplicité qui s’oppose à leur process empreint d’une expérience cognitive de la vie courante, de marches et de réflexions sur les rebuts de notre société.

Lucie Bayens, « Charnières » (DR)


Parcourir les berges, les forêts, la ville
L’intention artistique chez Lucie Bayens nait de « l’expérience du trajet parcouru » chère à l’artiste-marcheur Hamish Fulton, et de l’observation aiguisée des formes de vie, de lieux. La marche implique de considérer dans une hyper-disponibilité à l’événement, à l’espace de prospection. Ensuite vient la récolte en vue la réappropriation d’éléments, la brande récoltée en forêt, les bois flottés, les rebus, dans le champ sublimé de la rematérialisation à l’œuvre. La nature est tout, sauf morte, rien ne se perd.


La collection d’échantillons : un lexique empirique
Le processus dans l’œuvre de Lucie Bayens est construit par des collectes d’éléments très divers dans les espaces dits « naturels » ou au cœur de la ville notamment sur les rives de la Garonne. Ils sont répertoriés sous forme d’échantillons « vitrine », une grammaire de réflexion qui cartographie ses déplacements. On y trouve un échantillon de la collection des « larmes de sirènes », ces granulés plastiques d’origine industrielle éparpillés sur les plages avec les macro-déchets dérivants, traces d’une société consumériste. Il s’agit de récolter des données pour nous soumettre des raccourcis audacieux et féconds.
Chaque collection (bois, os, peaux…) se complète d’années en années sans pour autant être inachevée : elles se chargent de sens au fur et à mesure des ajouts. Chaque geste précis se rajoute au précédent, identique et pourtant différent dans la réappropriation de certains savoir-faire traditionnels. Il en résulte des œuvres habitées par le temps long autarcique du process ainsi que par le détournement de ce que serait le geste répétitif d’une chaine d’usinage d’objets normés. La fonction se déplace.


Règne animal, approche magique ou scientifique ?
Lucie Bayens garde en mémoire de l’enfance les images de l’abattoir, les lamproies suspendues, le sang, les os, un théâtre qui raconte le monde, le passage de la vie à la mort.


Le castor des marais
Mi-animal, mi-végétal, ce « ragondin » mutant, cousu d’écailles de pommes de pins provenant des Landes issues d’une culture artefact intensive. Ce travail méticuleux inspiré de technique du sequin en confection détourne pour mieux mettre en évidence les paradoxes de nos comportements dans notre retour à la nature, création d’éco-quartiers en bord de marais… Les ragondins de Bordeaux ont colonisé depuis des décennies la plupart des plans d’eaux douce de la Gironde et sont considérés comme un rongeur nuisible.


La cabane à voute
« Borie de chien » est une sorte de niche faite d’os, de carapace qui renvoie aux besoins vitaux : l’abri et la nourriture. Les ossements utilisés comme matériau de production artistique sont support de réflexion sur l’anthropologie du quotidien. Les assemblages d’ossements rappellent des techniques utilisées pour les ornements des peuples premiers. Ici, la collection en os renvoie aux détournements que l’homme impose à une évolution naturelle puisqu’il s’agit d’animaux d’élevage.
Par métonymie on passe d’un objet à un être : l’abri et le sans-abri dans une société qui ne protège plus, où l’humain est son propre prédateur – et où « il nous faut laisser le moins de plumes possible ». On pense au « Bread bed » de Jana Sterbak. Le mythe du Robinson naufragé se prolonge à travers le sens de la protection sociale devenue précaire.


Sur les étendues de sel marin
Des jouets et des protections d’extrémités, chaussures, moufles, balles, ballons forment une installation « Inuit des Landes » réalisée à partir des ressources naturelles disponibles, locales : la peau de canard épaisse semble parfaite pour s’acclimater à un biotope hostile ou froid, réminiscence du temps de neige évoqué par la présence du sel marin, blanc immaculé.



Lucie Bayens, « Inuit des Landes », collection empirique depuis 2009 (DR)


Le sel devient un support fictionnel, une île dans l’espace d’exposition sans pour autant être un non-lieu. Le sel est aussi le moyen de conservation de cette collection.


Retour du règne animal ?
Pas nécessairement : l’objet prend une dimension « magique » quand son sens dépasse sa finalité formelle pour prendre sens dans une valeur d’usage. Lucie Bayens compose des objets porteurs d’une force visuelle, un bestiaire magique, des outils polémiques aux multiples facettes. Chacune de ses pièces propose diverses lectures : celle du sorcier, du mystique, ou encore celle du scientifique, du généticien, du prédateur ou de la proie.
On trouve dans la collection d’échantillons « vitrines », une liste de courses gravées sur un os, témoin de notre société consumériste futile. La liste est ici fixée de manière temporelle durable, la question posée semble de réveiller les consciences sur les traces que nous souhaitons transmettre de notre civilisation. Lucie Bayens joue de la notion d’authenticité en incorporant des matières plastiques pour leurs propriétés, leurs colorations, leur origine, et leur usage local et opère un décalage dans la finalité de leurs fonctions qui dépasse l’approche ethnographique.


La couture comme une greffe
L’artiste recycle essentiellement des rebuts : filets d’oranges, ossements et peaux d’animaux, glands de chênes…
L’action de tisser, de coudre, est répétée inlassablement et raisonne selon la logique propre des matériaux qu’elle rencontre. On y retrouve toujours une simplicité dans le geste choisi (tracer une ligne, coudre, assembler, compacter).
Lucie Bayens tisse du sens avec des fils de pêche, des cheveux. La broderie minimale de Lucie Bayens dessine par le cheveu imputrescible parfois de la couleur du support. Le cheveu poursuit sa ligne et ajoute des seuils de transparences à des représentations telles que la « Danse frétillante de l’abeille » ou la « division cellulaire » ou les contours du « Gulf stream » – comme si par le choix pour la représentation de ces motifs, d’une pratique délicate, Lucie Bayens nous questionnait, non sans ironie, sur l’apparition de la vie et les usages appliqués de la science.


Au fil d’une écriture
Les dessins et la broderie se lisent comme une écriture insistante par son caractère graphique, tandis que les mots tamponnés sur les intestins de porc, font « image » à la manière d’une signalétique.



Lucie Bayens, « Messages », intestin de porc tamponné et fixé sur des pièces de bois, dimensions variables, 2010 (DR)


Le message est ici fixé à l’heure où l’information est engloutie dans un flux numérique. La dimension dialectique de ses modèles poétiques et le rapport aux matériaux naturels ou transformés forment tandem indissociable et évocateur. « Charnières », l’ornementation pyrogravée sur des bois flottés, représente des armes à feu. L’assemblage des bois comme celui d’un feu de bois vient lui donner une autre densité aux représentations gravées.


L’espace d’exposition, un territoire en expansion
Lucie Bayens est un artiste du faire, du sensible. « Que faut-il alors entendre par œuvre ? Œuvre qui vient du latin opera, travail, soin, a hérité de plus en plus des sens d’opus : travail, mais aussi résultat du travail, chose fabriquée » (Fabienne Brugère, professeur de philosophie à l’Université de Bordeaux 3, « La disparition de l’œuvre »). Dans la démarche de Lucie Bayens, le concept naît des pérégrinations en Aquitaine et de la forme : c’est l’agencement des matériaux dans le temps qui donnent naissance à la pièce qui fait œuvre.


Une cartographie autour de la Garonne
Lucie Bayens au delà de créer des pièces, chorégraphie l’exposition « mise en œuvre » pour nous « déboussoler ». Elle « magnétise » l’espace avec les 4 éléments comme des points cardinaux, l’air, le chaud et le froid, et principalement l’eau. Le cinquième s’ajoutera avec la lecture du regardeur dans la circulation de l’espace guidé par le fil rouge. La « Garonne », une longue tresse rouge de 15 mètres faite d’innombrables filets d’oranges comme une carte du ciel, une carte « vitale » qui contient l’histoire du commerce fluvial et draine un mur entier de l’exposition.


Lundi ou la semaine en marche
Via la métamorphose de ces objets ou rebus préexistants, Lucie Bayens déplace le regard du spectateur pour l’amener dans le champ de projection de l’imaginaire « Lundi ou la vie sauvage » dans un monde contemporain ou le lundi, 1er jour de la semaine d’un travail qui consiste à repenser le monde. Elle semble portée par une distance de quelques siècles à venir, à la manière d’un anthropologue qui se pencherait sur notre mode de vie actuel pour le saisir avec ses contradictions.


Des influences transversales
Les œuvres singulières de Lucie Bayens, chercheuse téméraire aux influences transhistoriques nous renvoient autant à l’arte povera, et notamment Penone, Wim Delvoye, qu’à l’utilisation de techniques ornementales issues des arts premiers. Le lien à histoire de l’art est présent mais au même titre que la science ou l’anthropologie ou la littérature. Lévi-Strauss a défini le problème de l’humanisme dans le fait qu’à force de séparer l’homme de la nature sauvage – maîtrise du feu, puis du végétal par l’agriculture, l’animal avec l’élevage –, on finit par exclure et séparer… Tous les gestes de Lucie Bayens tendent à lier, assembler, à provoquer l’altérité, à réconcilier l’homme comme faisant partie d’un tout.


Parcours et projets
Née en 1979 à Bordeaux, Lucie Bayens est diplômée de l’Ecole des Beaux-arts de Bordeaux, elle développe parallèlement à son travail d’artiste des actions de médiation culturelle, des projets d’éditions. Après des réalisations avec d’autres artistes en partenariat avec le CNRS et Cap Sciences, Lucie Bayens cherche à poursuivre sa pratique artistique sur les berges de Garonne, avec des chercheurs en biologie marine et en ethnobotanique.


INFOS
Du 9 mai au 28 mai – vernissage le 7 mai à 19 h
La laiterie – 84, rue Amédée-Saint-Germain à Bordeaux
Du mardi au samedi de 17 h à 20 h sur rendez-vous
Contact : luciebayens@gmail.com

Journal Sud Ouest avril 2013.
lucie bayens spirit avril 12
Spirit Le caractère urbain, numéro #80, avril 2012.
Clubs & concerts n°45, 2011.


HAPPE:N - Webzine Culturel Bordelais

Accueil ARTICLE Arts Visuels L’espace 29 se fait STILL LIFEPublié le dimanche 6 novembre 2011 par Pauline Amat
L’espace 29 se fait STILL LIFE
Du 27 octobre au 19 novembre
Exposition née d’une rencontre, STILL LIFE témoigne d’une association, d’une fusion entre Lucie Bayens et Franck Garcia. Artistes du sensible, ces deux bordelais réinventent le thème de la nature morte sous leurs propres médiums, avec toutes les évolutions que l’histoire et la vie artistique ont pu lui apporter.

« Explorer les limites sensibles de la vie et la mort, de l’énergie et du silence, des réflexes et de la culture ». C’est ainsi que Lucie et Franck définissent leur nature morte, dans un élan de complémentarité qui touche tant à leurs productions qu’à leurs discours. 
Sous La Tente, c’est là qu’il ce sont rencontrés. Nous ne parlons pas de camping, mais bien du refuge des artistes créé par Christophe Massé. Le 28 de chaque mois (28 rue Bouquière à Bordeaux), Sous La Tente devient un lieu de rencontres et d’expositions. Nos deux artistes s’y sont découverts un appétit commun : celui d’un à priori et de son démantèlement sensuel. Il n’est pas question ici de produire une exposition du glauque et du macabre, mais bien d'un éloge de la vie au regard précis et amusé. Alors ne vous laissez pas impressionner par quelques os et pattes de canard, car ici la nature morte n’imite plus, elle produit avec.
C’est en tout cas le médium utilisé par Lucie Bayens, qui récupère et glane les matières dans un vivant qui fut et qui deviendra. Dans un travail très fin, elle tisse moufles et chaussons dans la graisse de canard, compose avec des os colorés et écrit sur du parchemin de boyaux séchés. Les mots sont percutants, et pourtant les œuvres sont déroutantes par leur poésie. Le vivant renaît de ses cendres en mêlant délicatesse et sauvagerie.

D’un autre côté, Franck Garcia nous expose sa peinture comme source de réflexion. Ses sujets semblent glisser hors de leurs supports, comme des créatures flottantes malgré la lourdeur connotée par le thème de ces représentations picturales. L’artiste se sert des images et de leur « pouvoir à déclencher l’imaginaire » comme il l’explique. Ses toiles mettent en vibration les sculptures de Lucie, et vice versa. Nous avons l’occasion d’assister à un véritable dialogue entre les productions qui cohabitent et se mélangent pour créer cette exposition, sorte de cabinet de curiosité où les collectionneurs construisent par confrontation et par association, par attirance et répulsion, par éléments inanimés et productions vivantes.

Rendez-vous donc dans cet espace de réflexion aux accents poétiques où vous vous laisserez déstabiliser par « la grâce de la charogne ».
Rendez-vous à l’Espace 29,
29 rue Fernand Marin, 33000 Bordeaux

Entrée libre du mercredi au samedi de 14h à 18h 

 

Happe:n, novembre 2011.
Let's Motiv Bordeaux, octobre 2011.

Spirit, octobre 2011.

 

 

................................

 

Accueil >>presse

 

Contact : luciebayens@gmail.com